Ménage de printemps

Quelques photos du ménage de printemps réalisé par les enfants sur le terrain de l’école et de l’orphelinat, fin février.

On désherbe.
On balaie et on évacue.
Après l’effort, le réconfort : un fruit.
Publié le
Catégorisé comme Actus, Akanisoa

Famine dans le Sud de Madagascar – Un geste

Au fait de la famine sévissant dans le Sud de Madagascar, une paroisse luthérienne allemande, jumelée avec celle de Pontault-Combault (77), a envoyé des fonds à SOS Madagascar à charge pour l’association de bien les utiliser. La problématique, habituelle dans ce genre d’opération, a été de s’assurer que les personnes qui recevraient l’argent, à Madagascar, soient fiables. C’est ainsi que notre Vice Présidente, Justine, a pris contact avec la fédération luthérienne de Madagascar, et plus précisément avec celle qui est implantée au sud, là où sévit la famine.

La question leur a été posée de savoir s’ils avaient des projets pour soulager cette famine et quelle pourrait être l’utilisation des sommes si on faisait un don (sans indiquer le montant du don).

Les personnes contactées ont transmis un projet avec une répartition potentielle de la somme :

  • une partie permettrait d’acheter de la nourriture car il y a vraiment urgence. La situation est dramatique.
  • et l’autre partie serait affectée à l’achat de graines pour réaliser des cultures potagères sachant que l’église luthérienne dispose, à côté de son bâtiment, d’un terrain qui pourrait être mis à disposition des habitants du village et des alentours (opération non limitée aux paroissiens).

Sur la base de ce projet, SOS a donc envoyé 2/3 de la somme reçue en exigeant un suivi. Le Bureau de l’association a eu des retours (factures et compte-rendus) pour cette opération.

Il reste actuellement 1/3 de la somme octroyée par la paroisse allemande. Cette somme sera – selon les besoins – allouée en 2022 aux mêmes destinataires, pour l’achat de semences et petit bétail/poules pour participer à l’autosuffisance de ces malgaches qui n’ont plus rien.

Publié le
Catégorisé comme Actus, Puits

Développer l’accès à l’éducation….Un moyen de lutter contre la maltraitance des enfants.

En dehors des objectifs scolaires, la directrice et son équipe ont pu, en 2021, développer et mettre en œuvre des actions : une formation pour l’ensemble du personnel via le dispositif QUAPEM (Qualité de l’Accueil en Protection de l’Enfance à Madagascar) mené par SOS VILLAGES D’ENFANTS à Madagascar ayant pour but l’amélioration de l’accueil et de la protection des enfants. Il s’agit de mettre en place un dispositif d’accompagnement qui doit permettre aux centres concernés de se mettre en conformité avec les normes et standards adoptés au niveau national, ainsi qu’aux bonnes pratiques internationales d’accueil. Tous ces centres sont agréés par le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme et répondent à des critères juridiques et éthiques.

Projet de construction de 2 classes sur Akanisoa. Ce projet de construction de 2 classes, n’a pas pour objectif premier d’obtenir plus de frais d’écolage (scolarité) qui augmenteraient les ressources de l’orphelinat, même si cet aspect n’est pas négligeable. La construction de 2 classes supplémentaires constitue, avant tout, un moyen d’arriver à un objectif de développement durable (dans le domaine de l’éducation).

En effet, la directrice d’Akanisoa, Alisoa, pour lutter contre la pauvreté et la maltraitance des enfants (particulièrement des filles), désire intégrer le projet Kilonga (*).

Le projet Kilonga (projet soutenu par les organisations internationales, et les fonds européens) entend lutter contre la maltraitance des enfants, notamment contre la prostitution. Dans ce contexte, l’éducation des enfants a un rôle important à jouer.

Les bons résultats obtenus par les enfants qui suivent les cours en externe dans cet orphelinat, les frais d’écolage particulièrement bas dans un quartier où 60 % des enfants concernés sont issus de familles défavorisées, font que la qualité de l’enseignement de l’école de l’orphelinat d’Akanisoa est reconnue.

En parallèle de l’augmentation de la capacité d’accueil, la directrice aimerait offrir un cadre plus adapté et permettre le dédoublement des classes (séparer CP et CE1 notamment).

Très pratiquement, il s’agirait de construire un autre bâtiment avec 2 classes supplémentaires et créer une cantine, pour les externes.

Dans ce type de projets, il faut plusieurs sources de cofinancement – L’orphelinat, pour sa part, apportera le terrain.

(*) Projet kilonga : Aperçu de la situation du travail des enfants à Madagascar

L’exploitation des enfants à Madagascar demeure un problème dans le contexte socio-économique du pays. Les pires formes du travail des enfants (PFTE) se trouvent presque exclusivement dans le secteur informel, qui représente une grande partie de l’économie du pays. Ce secteur souffre d’un manque de revenus et d’emploi stable, situation qui est à la fois source et conséquence du travail des enfants La population malgache souffre d’une faiblesse d’éducation et d’emploi, avec seulement 66% ayant atteint l’enseignement primaire, et un taux d’emploi de 64,6%. Dans l’étude de D. et F. Roubaud Coury sur l’état des lieux de travail des enfants, le nombre d’enfants travailleurs a été estimé à 1,9 millions en 2000. Ce nombre a été modifié à 1.870.000 en 2007 selon l’Enquête nationale sur le travail des enfants (NSCL). 82% des enfants économiquement actifs, (soit l’équivalent de 1.534.000 enfants) travaillent dans des conditions dangereuses et 22% d’entre eux effectuent des travaux dangereux (NSCL, 2007). Les enfants travaillent à plein temps, généralement de 5 à 6 jours par semaine.

Publié le
Catégorisé comme Actus, Akanisoa

Projet pour un puits

L’association a été sollicitée pour participer financièrement à la création de nouveaux puits dans les districts de Tolognaro et de Beloha (région Androy). Cette sollicitation émane de l’association FITEA dont un des membres nous connaissait suite à la construction d’un premier puits dans le Sud de Madagascar en 2008.

Ce nouveau projet concerne 3 villages et 1.899 habitants.

Il s’agit de construire un puits communautaire pour l’accès à l’eau potable, et de créer des emplois stables au bénéfice des femmes vulnérables de ces 3 villages par la mise en place de cultures maraîchères.

Ce projet est évalué à 18.583€.

Bien que ce projet ait présenté un intérêt certain pour les bénéficiaires concernés, et s’appuie sur une expérience précédente de l’association, SOS MADAGASCAR n’a pas été en mesure d’y répondre dans l’immédiat compte tenu de ses engagements dans la mise en œuvre de deux autres projets dans le domaine de l’éducation et de l’accompagnement vers la formation et l’emploi de personnes en situation de handicap.

Publié le
Catégorisé comme Actus, Puits

L’année 2020-NAMAHORA

L’association a porté son attention sur 3 projets :

Mission de service civique pour 2 jeunes volontaires. L’association a réalisé le suivi de la mission de service civique conformément aux objectifs définis avec la Guilde du Raid. Il est également rappelé qu’un des buts des missions de service est d’apporter une aide pour l’élaboration d’un projet d’avenir pour chaque jeune concerné. Ce dernier se base sur la rédaction de 3 bilans nominatifs pour chaque bénéficiaire. C’est ainsi qu’Agnès Bizieux et Annaelle Morinet ont pu s’orienter vers une formation universitaire type Master2 en vue d’un objectif tourné vers l’accompagnement des personnes vulnérables.

Enfin, l’Association n’a pas ménagé ses efforts afin d’assurer le rapatriement anticipé (COVID) des 2 bénéficiaires en France. A cette occasion, un grand merci à Hajalala et sa famille qui nous ont apporté un soutien sans faille.

Le projet de rééducation fonctionnelle. Ce projet a pour but de rééquiper la rééducation fonctionnelle en matériel adapté aux besoins des personnes handicapées physiques. L’évaluation des besoins a fait l’objet d’une étude par les 2 jeunes du service civique en collaboration avec Soeur Charline, responsable de ce secteur.

Nous avons rencontré le Président de la BIP en mai 2020. Il s’agit d’une association qui recueille du matériel médical et de rééducation de l’APHP et qui le réforme au profit des pays en voie de développement. Au vu des premiers éléments budgétaires et d’acheminement du matériel, il s’est avéré que ce projet doit être retravaillé et faire l’objet d’un financement plus conséquent, et qui doit répondre aux objectifs de développement durable dans le domaine de la santé.

EUROCLEAR nous a accordé une subvention de 4.500 euros dont 1.287 euros ont été attribués à l’achat de cuir nécessaire à la fabrication des chaussures orthopédiques. Nos partenaires d’EUROCLEAR ont été informés que nous poursuivons notre démarche pour ce dossier.

Le projet d’élevage porcins et de culture potagère pour les personnes handicapées mentales.

L’Assemblée Générale du 1er février 2020 avait autorisé la recherche de financements spécifiques.

Ce dossier a été présenté à FACT Madagascar dans le cadre d’un dispositif PRAOSIM (Programme d’Appui aux projets des Organisations de Solidarité Internationales issues de l’Immigration). Après avoir été déclaré éligible en juin pour le dépôt d’un dossier, la présidente et le trésorier ont travaillé avec le chargé d’appui de FACT Madagascar sur ce dossier. Ce dernier a été finalisé le 30 juillet. Nous avons été retenus en décembre 2020. Ce projet permettra de créer un Centre d’enseignement technique et de réinsertion socio-professionnelle pour les personnes handicapées en situation de handicap mental.

Plus globalement

Une nouvelle directrice a été nommée. Il s’agit de Soeur Lydia.

Institution spécialisée :

– Accompagnement de 29 jeunes et adultes en situation de handicap mental.

– Objectifs :

  • Acquisition scolaire de base pour enfants de 6 à 14 ans (écriture, lecture, repère dans le temps, apprentissage autonomie, jeux éducatifs).
  • Apprentissage professionnel pour jeunes de 15 à 24 ans (autonomie vie quotidienne, vie en collectivité, gestion budget…).
  • Ateliers professionnels pour adultes de 25 à 48 ans (pâtisserie, cuisine, activités manuelles, élevage de poules et culture potagère).

Atelier de rééducation fonctionnelle :

Les caractéristiques principales sont les suivantes :

– Les activités concernent 2 sites, Morondava et Mahabo à 45 kms du Centre de Namahora.

– Les types de handicap sont notamment les suivants :

  • IMC : 13 enfants
  • Retard de développement moteur : 16 enfants
  • Paraplégies : 4 adultes
  • AVC : 12 adultes
  • Poliomyélite : 14 adultes

– Les points d’amélioration concernent notamment l’adaptation du matériel aux besoins recensés et l’amélioration des conditions de prise en charge des bénéficiaires.

Atelier cordonnerie :

Le responsable de cet atelier a effectué les travaux suivants :

– Confection de 25 paires de chaussures orthopédiques,

– 12 attelles,

– 21 genouillères,

– 16 ambrasses,

– Réparation de 16 paires de chaussures orthopédiques, 8 attelles, 16 genouillères, 5 cannes, 11 ambrasses,

Atelier informatique :

Le niveau d’activité a été faible eu égard à la crise sanitaire, des difficultés techniques et du coût financier de la connexion internet. Ce point pourrait constituer un frein concernant le niveau d’activité de cet atelier.

Secteur hébergement personnes âgées :

9 personnes âgées isolées bénéficient d’un hébergement et d’une assistance sur le plan de la santé. Elles participent également à la vie collective de la Communauté via la culture potagère.

Publié le
Catégorisé comme Actus, Namahora

L’année 2020-AKANISOA

Pour mémoire, il s’agit du chantier de construction de deux classes supplémentaires mené sous la responsabilité de la Directrice du Centre.

Malgré différents aléas rencontrés pour l’achèvement de ce chantier, les travaux ont été finalisés pour la rentrée d’octobre 2020 afin d’accueillir les enfants dans de bonnes conditions.

A cette occasion, l’inauguration des classes en présence des autorités locales, familles et deux adhérents de SOS MADAGASCAR a été célébrée mi-octobre.

Enfin, les aides récurrentes ont pu être versées au Centre.

Orphelinat : prise en charge de 12 filles et 9 garçons de 4 à 21 ans.

Formation professionnelle : 5 jeunes dont 3 à l’extérieur en études supérieures. Les filières suivies sont la coiffure, la couture, le BTP, l’hôtellerie restauration et le paramédical.

Collège : 9 enfants.

Primaire : 10 enfants.

Classes de primaire du Centre : 150 enfants dont 7 enfants de l’orphelinat, 5 enfants du personnel du Centre et 138 jeunes résidant à l’extérieur du Centre.

4 institutrices titulaires, 2 bénévoles en service civique de retour en France en mars suite à la COVID19, et 1 ancien volontaire qui assure l’enseignement du français et les animations pendant le confinement.

Faits marquants

– Fermeture de l’école primaire en mars suite au confinement.

– Seule la classe de CM2 a poursuivi les études pour préparer le CEPE (100% de réussite).

– Finalisation des travaux des 2 classes avant la rentrée du 13 octobre 2020.

Publié le
Catégorisé comme Actus, Akanisoa